Art de l'enluminure n° 51
Christine de Pizan. L'Epitre Othéa

N° 51 - decembre/janvier/fevrier 15

9,50 €

ISSN : 0758413X

L’Epître Othéa, rédigée sans doute vers 1399-1400, est le premier ouvrage en prose de Christine de Pizan. C’est une allégorie, présentée sous la fiction d’une lettre qu’Othéa, déesse de Sapience et de Prudence inventée par Christine (ô thea = ô déesse), aurait envoyée au jeune prince troyen Hector à l’époque de ses quinze ans. L’Epître est divisée en un prologue et cent chapitres et présente cent « textes » ou courts poèmes évoquant un moment de la guerre de Troie ou un aspect de la mythologie grecque, sujets très appréciés à l’époque. Sous la plume de Christine défilent les dieux et déesses principaux de l’Olympe, ainsi que d’autres personnages mythologiques comme Hercule, Narcisse, Écho, Hermaphrodite, Pyrame et Thisbé, et les acteurs principaux de la guerre de Troie : Hector, Achille, Ulysse, Priam, Hécube, Pâris, Hélène, Cassandre, Patrocle, Andromaque, Anténor, et Troïlus, parmi d’autres. Chaque « texte » est accompagné d’une interprétation morale, intitulée « glose », conseillant l’exercice d’une vertu chevaleresque et contenant une citation philosophique en français.

Sommaire

L’Épître des ducs, un manuscrit de Christine de Pizan

De tous les ouvrages de Christine de Pizan, l’Épître Othéa est celui qui connut, au XVe et au XVIe siècle, le plus grand succès, figurant dans une cinquantaine de manuscrits qui survivent de cette époque. Ce chiffre représente un peu moins du quart de tous les manuscrits d’ouvrages de Christine qui nous sont parvenus. L’Othéa fut imprimée en France quatre fois dans les premières années du XVIe siècle : deux fois à Paris sous le titre Les cent histoires de Troie (Pigouchet, 1500 et Philippe Le Noir, 1522) et deux fois sous le titre Epistre de Othéa (Rouen, Gaultier, vers 1507-1518 et Paris, Veuve Trepperel, 1515-1518). Il fut traduit trois fois en moyen anglais, par Anthony Babyngton, Stephen Scrope et Robert Wyer. Le manuscrit Français 606 de la Bibliothèque nationale de France faisait partie primitivement d’un recueil des écrits de son auteur préparé à la destination du duc d’Orléans, qui disparut avant son achèvement. Ce recueil a été fragmenté, dès le XVIe siècle, en cinq volumes.

Auteur : Reno Christine

Magazine : Art de l'enluminure n° 51 Page : 2-11

Date : 26/11/2014

Les enluminures du fr. 606
Nouvelles de l'enluminure