Art de l'enluminure n° 49
Miroir du salut, un traité spirituel enluminé à Cologne à la fin du XIVe siècle

N° 49 - juin/juillet/août 14

9,50 €

ISSN : 0758413X

Speculum humanae salvationis - Un chef-d'œuvre de la bibliothèque du Vatican

Speculum humanae salvationis ou Miroir du salut : ce traité spirituel qui interprète les épisodes de l’Ancien Testament à la lumière du Nouveau était très apprécié aux XIVe et XVe siècles. Traduit dans presque toutes les langues populaires, on en connaît aujourd’hui environ 500 manuscrits.

Celui que nous présentons ici Le Codex Palatinus Latinus 413 est conservé à la Bibliothèque du Vatican et provient du butin de guerre que le prince palatin Maximilien Ier de Bavière, après la prise de Heidelberg en 1622, donna, à l’instigation du pape Grégoire XVI, à la prestigieuse institution.

Il a été enluminé à Cologne à la fin du XIVe siècle pour les chevaliers de l’ordre teutonique par un remarquable artiste que le spécialiste Robert Suckale, professeur émérite à la Technische Universität de Berlin, identifie à Wilhelm Herle. Les miniatures sont réalisées à la plume et au pinceau, délicatement colorées à l’aquarelle. Nous en reproduisons ici une quarantaine, accompagnées de la traduction des titres établis par Jean Mielot en 1448.

Sommaire

Speculum humanae salvationis

Les numéros de Art de l’enluminure parus jusqu’à maintenant ont essentiellement
présenté à leurs lecteurs des peintures de livres riches en couleurs et
en ornements destinés à des collectionneurs bibliophiles et à des amateurs de
l’art médiéval. Le manuscrit qui est ici présenté est tout différent. Il n’est pas
conçu pour un usage privé et ne présente aucun trait répondant aux désirs
particuliers d’un commanditaire. La suite des illustrations, dans une technique
dépouillée, est de très grande qualité. La peinture en grisaille, rehaussée d’une
coloration partielle, présente un caractère exquis, riche en variations. Elle a été
réalisée presque exclusivement à l’aquarelle, les pertes de matière colorée
sont très réduites. L’auteur anonyme a dénommé son texte summula – soit petit
exposé de l’enseignement de la foi–, mais aussi, au début de la préface,
Speculum humanae salvationis –Miroir de la salvation humaine ou Miroir du
Salut. Il s’agit d’un texte aujourd’hui presque inconnu. C’était pourtant l’un des
traités spirituels illustrés les plus appréciés aux XIVe et XVe siècles.

Auteur : Suckale Robert - Suckale-Redlefsen Gude

Magazine : Art de l'enluminure n° 49 Page : 2-28

Miniatures du manuscrit Palatinus Latinus 413
Nouvelles de l'enluminure