Art de l'enluminure n° 40
Le champion des dames

N° 40 - Mars/Avril/Mai 2012

9,50 €

ISSN : 0758413X

Le Champion des dames (Français 12476 conservé à la Bibliothèque nationale de France) de Martin Le Franc est un plaidoyer en l'honneur du sexe féminin, vilipendé par de nombreux détracteurs, à commencer par Jean de Meung dans le très diffusé Romen de la Rose. D'un style enjoué et spirituel, malgré ses longueurs, cette oeuvre érudite et diserte, qu'il est surprenant de trouver sous la plume d'un homme d'Eglise, constitue un jalon essentiel dans l'interminable controverse littéraire qui opposa tout au long du Moyen Âge, et bien au-delà, les tenants et les adversaires des femmes. Dédié en 1442 au duc de Bourgogne, Phiilppe le Bon, le Champion des dames ne reçut qu'un accueil mitigé. Il n'en subsiste que neuf copies manuscrites et deux éditions imprimées anciennes. Le poème n'en a pas moins stimulé l'imagination des artistes du temps. Deux de ses exemplaires comptent parmi les productions les plus originales issues du milieu artistique "bourguignon". Le plus célèbre est le manuscrit 352 de la Bibliothèque de Grenoble. Bien antérieur et moins connu que le précédent, bien que certaines de ses images aient été maintes fois reproduites, le ms. Français 12476 de la Bibliothèque nationale de France comporte 67 illustrations qui sont publiées ici pour la première fois dans leur intégralité.

Sommaire

Le Champion des dames

Instructions de Guillaume de Caoursin

L’exemplaire enluminé des oeuvres de Guillaume Caoursin, aujourd’hui
conservé à la Bibliothèque nationale de France (Latin 6067), compte parmi
les plus somptueux manuscrits de la fin du XVe siècle. Le manuscrit comprend
cinq textes écrits en latin par Guillaume Caoursin, vice-chancelier de l’Ordre
de l’Hôpital et secrétaire personnel du grand maître Pierre d’Aubusson : la
relation du siège de Rhodes (1480), de la mort de Mehmet II (1481), du
tremblement de terre de Rhodes (1481), de l’arrivée du sultan Djem, frère de
Bajazet, venu se réfugier dans l’île, et des tractations qui s’en suivirent avec
le sultan (1482) mais les textes ultérieurs de Caoursin manquent, ce qui laisse
entendre que le manuscrit fut réalisé en 1483.

Auteur : de Vaivre Jean-Bernard - Vissière Laurent

Magazine : Art de l'enluminure n° 40 Page : 60-87

Nouvelles de l'enluminure