Art de l'enluminure n° 39
Le livre d'heures de Jean des Bruyères et Jeanne de Recourt

N° 39 - Décembre/Janv/Fév. 2012

9,00 €

ISSN : 0758413X

Dans l'immense gisement de manuscrits enluminés que recèle le département des manuscrits de la British Library, la part des œuvres d'origine française restait jusqu'ici fort mal connue, seules les pièces les plus spectaculaires ayant été repérées et signalées. La situation est en train de changer à toute allure depuis la mise en place sur Internet de l'admirable outil de recherche que constitue le « Digital Catalogue of Illuminated Manuscripts », grâce auquel les chercheurs peuvent commodément découvrir désormais les incroyables ressources du grand dépôt anglais en témoignages de toute époque et de toute origine issus de l'activité des ateliers d'enlumineurs français. Le manuscrit que nous présentons aujourd'hui n'est pas encore visible sur le Net et seules deux miniatures en ont été reproduites jusqu'ici. Il nous paraît opportun d'en publier intégralement le cycle peint dans Art de l'enluminure, en raison tant des attaches dijonnaises de l'enlumineur principal, un artiste de grand style, que de la personnalité de ses commanditaires, jusqu'ici incertaine, qu'il nous a été récemment possible de préciser. Ce manuscrit nous reporte à une phase passionnante et encore mal connue de l'art de la Renaissance à Dijon, à une époque où la capitale bourguignonne, à la faveur d'une période économique prospère et d'une intense activité intellectuelle et artistique, maintenait encore, comme d'autres centres du royaume, une relative indépendance, dans le domaine du manuscrit, face à l'hégémonie parisienne.

Sommaire

Le livre d'heures de Jean des Bruyères et Jeanne de Recourt

Les miniatures de l’Additional 31240 conservé à la British Library

Deux portraits en buste du couple des commanditaires ouvrent la série (folios 1 v°-2) : disposés en vis-à-vis, ils sont d'un type tout à fait exceptionnel dans les livres d'heures français et se réfèrent manifestement aux portraits sur panneau du temps, comme dans certains livres d'heures flamands de l'époque, où ce genre de représentation personnalisée cadrée à mi-corps se rencontre quelquefois. Suit une série de douze scènes illustrant les douze mois du calendrier. Comme nous le verrons, la thématique iconographique adoptée pour ce calendrier constitue une nouveauté dans l'illustration des calendriers manuscrits. À l'exception de l'illustration du Pater noster au folio 15, de la Sainte Hostie de Dijon du folio 20 v° et des Litanies de la Vierge (folio 88), le reste des illustrations est classique : portraits des évangélistes, cycle de l'office de la Vierge (incomplet d'une miniature, celle de vêpres, manquant entre les folios 70 et 71), Crucifixion et Pentecôte illustrant les heures de la Croix et du Saint Esprit, Job et ses trois amis au début de l'office des morts et scènes des suffrages, particulièrement riches ici et comportant 33 images. Une dernière miniature représentant l'Hostie consacrée termine cette série folio 150 v°.

Auteur : Avril François

Magazine : Art de l'enluminure n° 39 Page : 28-65

Nouvelles de l'enluminure